Une poule dehors en hiver

Comment protéger vos poules en hiver ?

29 Oct, 2020 | Poule

Ca y est, on ressort les gros manteaux, les bottes et les moufles. L’hiver arrive ! Le froid s’installe, les jours raccourcissent et une question vous taraude : si c’est bien simple pour vous de vous emmitoufler dans une couverture bien chaude quand les températures baissent, comment vont faire vos poules pour se réchauffer ? Comment vont-elles affronter l’hiver, et surtout, que faut-il que vous fassiez pour les y aider ?

C’est tout le sujet de cet article. Pour rédiger certaines parties, je me suis appuyée sur plusieurs articles du blog Poules en ville, tenu par Louise Arbour. Les liens précis sont cités à la fin de l’article. A travers son blog, ses formations et son livre, Louise Arbour sensibilise citoyens et institutions aux avantages des poules pondeuses en milieu urbain. Et elle habite au Canada. Elle en connaît donc un rayon niveau hiver rigoureux !

Les poules craignent-elles le froid ?

Les poules résistent beaucoup mieux au froid qu’à la chaleur. C’est parce qu’elles y sont physiologiquement préparées : à l’approche de l’automne, les poules « renouvellent » une partie de leurs plumes. C’est la mue. Naturellement, les plumes les plus abîmées et « faibles » tombent, pour laisser place à des nouvelles, plus robustes, et plus isolantes.

Lorsque l’hiver arrive, la fourrure des chiens et des chats s’épaissit pour les protéger du froid. Pour les poules, c’est pareil 🙂 Bien entendu je parle de poules « adultes », ou en tout cas qui ont plus de 6 mois et en bonne santé.

Si les poules n’ont pas peur de faire leur balade quotidienne les pattes dans la neige à des températures négatives, elles craignent par contre l’humidité, le vent et les courants d’air. Il faut donc s’assurer que leur poulailler et leur enclos soient correctement aménagés pour les mois d’hiver, et ce même si vous n’habitez pas dans une région où il neige. Nous allons voir tout ça dans un moment.

Deux poules coucous à l'extérieur en hiver

Toutes les races de poules ne sont pas égales face à la météo de l’hiver

Même si la grande majorité des races de poules résistent au froid, certaines sont plus fragiles. C’est le cas notamment de la poule Soie. Ses longues plumes qui vont jusqu’à lui recouvrir les pattes absorbent l’humidité du sol souvent gorgé d’eau en automne et en hiver, lorsqu’il pleut plus souvent. C’est donc une race de poule qu’il est préférable de choisir uniquement si vos hivers sont plutôt cléments.

Avant d’adopter vos poules, renseignez-vous bien sur leur race et si elles sont faites pour résister à vos hivers.

Est-ce qu’une poule pond en hiver ?

Normalement oui, mais c’est généralement une période pendant laquelle la ponte est ralentie. Le froid et surtout la baisse de luminosité naturelle ont un impact sur la physiologie de la poule.

Il faut savoir que la ponte est dépendante de la photopériode, c’est-à-dire de la durée de la lumière du jour. Si la poule ne « reçoit » pas assez de lumière, la ponte ne sera pas stimulée, et n’aura donc pas lieu.

En hiver, les jours étant plus courts (surtout aux alentours du solstice) il peut arriver que vos poules pondent moins, ou même pas du tout.

Enfin, certaines races de poules sont réputées pour être des « pondeuses d’hiver ». Les éleveurs amateurs du forum Plumage ont partagé avoir de bons rendements avec les poules de race de Bavière, comtoise, et de Bresse. Mais ce ne sont pas les seules.

Vous connaissez d’autres races de poule qui pondent bien en hiver ? Partagez-les avec nous en commentaire !

Faut-il aménager le poulailler différemment en hiver ?

L’intérieur n’a pas besoin d’être aménagé différemment. Pas besoin de déplacer les perchoirs ni les pondoirs par exemple.

Le poulailler en tant que tel, sa structure, a par contre besoin de toute votre attention. L’humidité et les courants d’air étant mauvais pour la santé de vos poules, il va falloir s’assurer que votre poulailler est :

  • bien isolé ;
  • bien ventilé.

Un poulailler de bonne qualité est généralement assez bien conçu pour que la ventilation naturelle soit efficace. Retrouvez tous mes conseils pour bien choisir votre poulailler.

Isoler le poulailler de l’humidité et des courants d’air

Avant l’arrivée de l’automne ou de l’hiver (en fonction du climat d’où vous habitez), inspectez l’état de votre poulailler et soyez prêt(e) à faire des petits travaux si besoin :

  • Le toit peut-il fuir s’il pleut ? Ou lorsque la neige fondra ?
  • Les ouvertures du poulailler (autres que la porte) sont-elles bien étanches ?
  • Faut-il rafistoler l’abri afin que les 4 murs soient bien étanches également ?

Vous avez compris l’idée. Le poulailler doit être un endroit confortable dans lequel vos poules pourront se protéger du mauvais temps et dormir tranquillement, pas une passoire par laquelle passe les bourrasques de vent et les gouttes de pluie 🙂

Mettre le poulailler en hauteur ou l’isoler du sol

Comme vous le savez sans doute, un abri posé à même le sol prend énormément l’humidité. Si votre poulailler n’est pas sur pilotis (ou posé sur une dalle qui le protège du sol), l’arrivée de l’hiver est peut être le bon moment pour prévoir quelques travaux. Positionner l’abri 50 cm au-dessus du sol est déjà suffisant.

Contrôler les courants d’air

Si vos hivers sont rigoureux, vous penserez peut être à calfeutrer votre poulailler en bouchant toutes les ouvertures. C’est une très mauvaise idée ! S’il faut vous assurer qu’il n’y a pas de courants d’air, il faut aussi vous assurer que l’air et la lumière continuent de circuler à travers l’abri :

  • Si l’air ne circule pas à l’intérieur, l’humidité augmentera, et les bactéries risquent de se développer,
  • Si la lumière n’entre pas dans le poulailler, vous déréglez complètement le rythme biologique de vos poules qui se base justement sur la lumière du jour (phénomène du photopériodisme).

Vous pouvez donc réduire la taille des ouvertures (à l’aide d’une planche de contreplaqué ou de plastique) pour protéger votre poulailler du vent, mais ne surtout pas le fermer hermétiquement.

Isoler le poulailler du froid

Si votre poulailler est installé dans un coin de votre jardin protégé du vent et qu’il est rare que la température soit négative, vous n’avez sûrement pas besoin d’isoler l’abri. La nuit, vos poules sauront se tenir au chaud en dormant bien serrées les unes contre les autres.

Dans le cas où vous voudriez isoler votre poulailler, Louise Arbour du blog Poules en ville conseille la pose de plaques de polystyrène expansé sur les parois de l’abri. Réputé comme un très bon isolant, il est très souvent utilisé dans la construction. Et il ne coûte vraiment pas cher. Attention toutefois à son installation : il faut faire en sorte que vos poules ne puissent pas le picorer. Vous pouvez par exemple le mettre entre le mur du poulailler et un panneau de contreplaqué.

Installer une porte automatique

Si vous hésitez à acheter une porte automatique pour votre poulailler, l’arrivée de l’hiver va sans doute vous décider : en se fermant toute seule à l’heure que vous avez décidé le soir, elle permet d’optimiser la température intérieure du poulailler en ne le laissant pas ouvert alors que les poules sont déjà toutes rentrées. Vous pouvez donc avoir l’esprit plus tranquille lorsque vous rentrez du travail et qu’il fait déjà nuit depuis presque 1 heure ! Et tous les propriétaires qui en possèdent une sont d’accord : c’est un confort sans nom de savoir que la porte s’ouvre et se ferme toute seule, peu importe le moment de l’année ! Celle permet de ne pas se stresser sur les heures, que ce soit le matin, ou le soir.

Une poule sussex se promène dans la neige

Faut-il chauffer le poulailler en hiver ?

Si vos poules sont adultes et en bonne santé, à priori non. Bien entendu chacun est libre de faire ce qui lui semble bon, mais les poules sont des animaux qui sont naturellement prêts à affronter des températures très basses. Elles n’ont pas besoin des humains pour ça.

Chauffer le poulailler revient dans la plupart des cas à les « surprotéger », et peut être contre-productif : créer un écart de température trop important entre l’intérieur et l’extérieur de l’abri peut être néfaste pour vos volailles.

Les lampes chauffantes peuvent par contre être utiles pour garder le poulailler hors gel dans les régions très froides. Il ne s’agit pas de chauffer l’abri à proprement parler, mais de faire en sorte que la température ne descende pas trop en dessous de 0.

Faut-il apporter une lumière artificielle dans le poulailler ?

La lumière joue sur les hormones des poules. Elle va notamment stimuler la ponte. C’est une des raisons pour lesquelles les poules élevées en batterie sont soumises à la lumière 24h/24h. Ca les fait pondre encore plus…

Tout comme le chauffage, apporter une lumière artificielle dans le poulailler l’hiver n’est pas obligatoire et comporte des risques : mal maîtrisé, l’apport de lumière artificielle peut empêcher les poules de se reposer comme elles en auraient besoin, et entraîner des problèmes physiologiques : mauvaise assimilation du calcium et des nutriments, et stress, entre autres.

Nous devons veiller à ne pas tomber dans l’anthropomorphisme et ne pas attribuer aux poules nos besoins d’humain. Si beaucoup d’entre nous souffrent du manque de lumière naturelle en hiver, ce n’est pas le cas pour les animaux ! En intervenant dans leur rythme biologique, nous dérangeons leurs instincts et nous risquons plus de leur nuire que de leur rendre service.

Si vous souhaitez tout de même installer une lumière artificielle dans votre poulailler, des précautions doivent être prises (encore une fois merci au blog Poules en ville pour ces informations) :

  • Respecter le cycle naturel de la poule : c’est la baisse de la luminosité le soir qui pousse les poules à rentrer au poulailler et à se percher pour passer la nuit au chaud. Si vous installer une lumière artificielle, il faut veiller à diminuer la luminosité en début de soirée, et surtout couper toute source lumineuse la nuit (au minimum 6 heures d’obscurité totale) ;
  • Privilégier l’apport de lumière artificielle le matin ;
  • Une fois que vous avez déterminé les heures et l’intensité de la lumière, assurez-vous de garder le même rythme sur la durée pour ne pas stresser vos animaux inutilement. Les poules sont des routinières ;
  • Les ampoules doivent avoir un large spectre.

Faut-il prendre des précautions particulières pour le parc à poules lorsqu’il fait froid ?

Cela va dépendre de vos hivers. L’idée est de laisser la possibilité à vos poules de sortir dans leur enclos peu importe la météo. Même quand il a neigé ! Il est d’autant plus conseillé de protéger votre enclos si vos automnes et hivers sont très pluvieux et venteux.

L’objectif est d’aménager un coin dans l’enclos qui sera protégé des intempéries en tout temps. Les poules pourront s’y réfugier, et le sol sera un peu moins affecté par les éléments à cet endroit.

Plusieurs solutions existent en fonction de votre installation. Vous pouvez par exemple :

  • Fixer une bâche ou des panneaux sur le filet ou la barrière de votre enclos et prévoir de couvrir une partie de l’enclos. Il est important que tout soit bien fixé pour ne pas « battre » avec le vent et faire peur à vos poules !
  • Acheter un parc à poules grillagé. Il s’agit d’un abri grillagé à 4 murs et couvert sur le dessus. Là aussi vous pouvez fixer une bâche ou des panneaux sur les côtés les plus venteux.
Petit parc à poule grillagé
Parc à poule grillagé Ferme de Beaumont. Pour l’hiver, il faut prévoir de couvrir les côtés exposés au vent.

Dans tous les cas, il est essentiel que vos poules puissent sortir lorsqu’elles le souhaitent, même l’hiver. Elles vont sans doute passer moins de temps à l’extérieur, mais c’est à elles de décider 🙂

Par des températures négatives, la crête des poules peut geler, se nécroser et tomber. Cela arrive davantage aux coqs, qui ont la crête beaucoup plus développée que les poules mais quand même. Pour éviter ça, enduisez la crête de vos volailles de vaseline.

Faut-il modifier l’alimentation des poules en hiver ?

Oui. En hiver, vos poules vont sans doute passer moins de temps à gratter le sol à l’extérieur du poulailler. Et même quand elles sortent, le sol peut être gelé, ou recouvert de neige. Les vers, insectes et autres limaces sont beaucoup plus difficiles à trouver.

Parallèlement à ça, vos volailles vont puiser dans leur réserve pour affronter le climat hivernal. Elles ont besoin d’une alimentation un peu plus riche, plus énergétique.

Une poule rousse qui picore l'herbe en hiver

Compenser le manque de protéines

Vous l’avez compris : le reste de l’année, les poules passent la plupart de leur journée à ratisser le sol à la recherche d’insectes ou de vers qui sont de formidables sources de protéines, de vitamines et d’oligo-éléments. Il va falloir compenser ce manque en hiver.

Enrichir leur ration quotidienne

Pour éviter toute carence en hiver, vous pouvez enrichir leur ration de graines quotidienne. Par exemple :

  • Augmenter la part de graines protéagineuses (pois, soja, lentilles, tournesol, colza…) que vous leur distribuez ;
  • Servir à vos poules un peu de protéines animales comme du poisson ou de la viande, en quantité très limitée (trop de viande peut rendre les poules agitées). Pour qu’elles puissent manger tout ça facilement, n’hésitez pas à faire une bonne bouillie avec du riz cuit ou du pain mouillé.

Vous pouvez aussi augmenter la part de maïs, qui leur apportera un surplus d’énergie.

Leur donner des compléments alimentaires

Il est également possible d’utiliser des compléments alimentaires qui vont « booster » le système immunitaire de vos poules. Ils peuvent également couvrir leurs potentielles carences. Les larves ou vers séché(e)s sont de très bons compléments naturels, riches en protéines et en calcium. Ils peuvent être donnés toute l’année mais sont encore plus appréciés en hiver quand le sol se raréfie de vers et d’insectes frais !

Une poule rousse dehors dans la neige

Ne pas négliger l’apport en gravier

Lorsqu’il neige, ou lorsque le sol gèle, vos poules auront tout le mal du monde pour picorer des petits cailloux, pourtant indispensables à leur digestion. Les poules n’ont pas de dents, et c’est en ingérant des petits cailloux qu’elles broient ce qu’elles mangent. N’oubliez donc pas de distribuer une bonne poignée de graviers régulièrement.

Ne pas laisser l’eau geler

Les poules ont besoin d’un accès à l’eau en permanence, même en hiver ! Si vous habitez dans une région où il gèle, vous allez devoir faire en sorte que l’eau, elle, ne gèle pas.

Vous avez peut être un endroit dans votre installation où votre abreuvoir ne gèlera pas. Si ce n’est pas le cas, vous pouvez combattre le gel en plaçant 1 ou 2 balles en plastique flottantes dans l’eau. Cette astuce est pratique mais les balles peuvent rapidement tomber de l’abreuvoir. La solution la plus efficace reste l’abreuvoir électrique.

On récapitule ?

  • Les poules se préparent naturellement à l’hiver. En muant à la fin de l’été ou au début de l’automne, elles se couvrent de nouvelles plumes qui les protégeront du froid.
  • La plupart des races de poules craignent peu le froid. Mais toutes craignent l’humidité, le vent et les courants d’air.
  • Il faut donc veiller à ce que le poulailler soit bien isolé et ventilé.
  • Si vous n’avez pas de poussin, les lampes chauffantes ne sont pas nécessaires, mais néanmoins utiles pour conserver le poulailler hors gel dans les régions où l’hiver est rude.
  • L’éclairage artificiel est à éviter dans la mesure du possible. Cela peut troubler les poules dans leur rythme biologique.
  • Il est important d’aménager un coin protégé du vent et des intempéries à l’intérieur de l’enclos des poules, afin qu’elles puissent continuer à sortir du poulailler quand elles le veulent.
  • L’hiver, les poules vont davantage puiser dans leurs réserves et trouver moins de nourriture par elles-mêmes. Il est donc conseillé d’enrichir leur ration quotidienne en graines riches en protéines et en compléments alimentaires riches en vitamines et minéraux.
  • Elles doivent continuer à avoir accès à un point d’eau en permanence, d’où l’importance de s’assurer que l’eau de l’abreuvoir ne gèle pas. Si c’est le cas, l’abreuvoir électrique est la solution la plus pratique.

Comme toujours, je précise que les informations données sur ce blog le sont à titre indicatif. Elles doivent être interprétées comme telles. Je m’applique à baser mes articles sur des sources sérieuses, mais je ne suis pas vétérinaire. Il m’est également impossible de couvrir un sujet de manière exhaustive. J’ai donc sans aucun doute omis certains points. Si vous voulez compléter les informations, je vous encourage à laisser un commentaire 🙂

Sources – Blog Poules en ville :
Nos amies les poules résistantes au froid
Hivernisation du poulailler
Testez vos connaissances sur la garde des poules l’hiver

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Inscrivez-vous à la Newsletter

Votre adresse de messagerie est uniquement utilisée pour vous envoyer la newsletter mensuelle. Vous pouvez à tout moment utiliser le lien de désabonnement intégré dans chacun des mails.

Articles classés par Animal

Pin It on Pinterest

Share This